Comment s’assurer d’un capital Décès ?

Accueil chercher une assurance Comment s’assurer d’un capital Décès ?

De plus en plus de personnes pensent à se constituer un capital décès pour mettre leurs proches à l’abri après leur mort. Cette assurance permet le versement d’un capital aux ayants droits en cas de décès de l’assuré.

Le moment idéal pour se constituer un capital décès

Le capital décès est basé sur le versement de cotisations saisonnières qui seront destinées à vos ayants droits en cas de décès. La souscription au capital décès démarre à l’âge de 18 ans et prend fin à 80 ans. Plus tôt vous démarrez les cotisations pour le capital décès, moins élevées elles seront. De plus, cela facilitera les formalités médicales. Selon les assureurs, l’espérance de vie et l’état de santé de l’assuré sont deux facteurs très importants pour la détermination des conditions du contrat d’assurance. Vous devriez alors y penser le plus tôt possible, au début de votre carrière professionnelle ou lorsque vous prenez la décision de fonder votre famille.

 

Le capital décès selon votre domaine d’activité

Le capital décès varie selon plusieurs facteurs. Pour les salariés du secteur privé, ce montant peut atteindre 3 472 euros. La seule condition est que 3 mois avant le décès de l’assuré, il soit un salarié, soit un chômeur indemnisé, soit en invalidité bénéficiant d’une pension ou en arrêt maladie. Après le décès de l’assuré, ce capital sera donc versé aux individus qui étaient à sa charge effective, totale et permanente au moment de sa mort.
Au niveau des commerçants ou artisans, le capital décès est de 10 284 euros. Ce montant reviendra donc aux proches du défunt qui sont inscrits à la Sécurité sociale des indépendants.
Lorsque l’assuré est un indépendant, le capital décès correspond à 20 % du montant maximum annuel de la Sécurité sociale, soit 8 227,20 euros.
Dans le cas où l’assuré décède dans sa retraite, le capital décès correspond à 8 % du montant maximum annuel de la sécurité sociale. Les ayants droits seront indemnisés à condition que le défunt remplisse de son vivant toutes les conditions de la sécurité sociale. Le capital décès sera donc 3 292,88 euros.
En ce qui concerne les travailleurs de la fonction publique, le capital décès est de 13 888 euros. Toutefois, ce montant fluctue selon que le défunt soit mort avant ou après l’âge requis pour la retraite.

La fixation du montant du capital garanti

À la signature du contrat d’assurance, l’assuré peut déterminer le montant du capital garanti. Il devra alors doit procéder à une évaluation des besoins de sa famille après son décès. Il faudra donc prendre en compte, les frais de successions, dépenses liées aux obsèques, les charges habituelles et les dépenses futures. Les cotisations mensuelles dépendront de cette évaluation et des options souscrites. Il est parfois préférable d’avoir recours à un conseiller pour vous aider à prendre les meilleures décisions lors de la souscription de ce contrat.

Choisir entre l’assurance décès temporaire et assurance décès vie entière

L’assurance décès temporaire préserve l’assuré sur une période définie. Les ayants droits seront indemnisés à la seule condition que l’assuré décède pendant la durée du contrat. En ce qui concerne l’assurance-vie entière, il n’y a aucune limite de temps. Les ayants droits recevront leurs indemnités conformément aux termes du contrat d’assurance peu importe la date de décès de l’assuré.

Entreprise : comment bien assurer les locaux de chantier ?

Parfois, les dommages subis par les locaux du chantier peuvent vous faire courir des risques énormes, car ces derniers peuvent ralentir et menacer la...

Quelle assurance choisir pour son patrimoine immobilier ?

Faire l’inventaire de tout son patrimoine est un moyen élémentaire pour se protéger soi-même et sa famille contre le manque (le besoin). Le patrimoine...

Assurance décennale : qui a l’obligation d’y adhérer ?

En France, l’assurance décennale est encadrée par loi Spinetta, et ce, depuis le 4 janvier 1978. Cette mesure étatique s’adresse en réalité à tous...

Comment bien assurer sa future retraite à petit prix ?

Permettant à l’assuré de maintenir des conditions de vie acceptables après la cessation d’activité, l’assurance retraite a un coût qu’il faut supporter. Il faut...